16 janvier 2021. Jour tant attendu. Jour pour lequel tant d’énergie a été dépensée, tant d’efforts déployés, tant de sacrifices consentis. Voilà le résultat était éblouissant. Les étoiles ont brillé dans les yeux des spectateurs et des téléspectateurs. Au stade Omnisports, cadre de l’événement, dans les fans zones (village du Chan à l’Hôtel de ville de Yaoundé, jardin Charles Atangana, palais polyvalent des sports) et même à la poste centrale, les commentaires du public frisaient la démesure. Expression d’une fierté difficile à contenir face à la manifestation du talent et de la maestria camerounais. «Je suis vraiment impressionné. Les esprits malveillants ont tellement saboté et dénigré notre pays avant cette compétition, que ce que je vois là me laisse sans voix. Je suis fier d’être Camerounais.

Fier aussi de mon pays», lance avec emphase un spectateur. Sentiment partagé par les officiels de la Confédération africaine de football. Quand on sait les conditions difficiles dans lesquelles l’événement sportif a été préparé dans une ambiance de crise sanitaire, les efforts du Cameroun ont été salués et bien appréciés. Et si à ce bouquet de félicitations s’ajoute une victoire des Lions indomptables A’, la liesse est totale.

Le dithyrambe n’est donc point superflu face au tableau exposé aux yeux du monde. Le pays hôte du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) venait de prouver, comme s’il en était encore besoin, qu’«impossible n’est pas Camerounais ». L’expression de la riche et abondante diversité artistique et culturelle camerounaise était un pur régal. Une mise en bouche délicieuse dont la saveur enveloppera, certainement, le palais jusqu’à la cérémonie de clôture ce 7 février à Yaoundé. Nyanga vous replonge au coeur de l’événement en version people’attitude.