A TOI LA GLOIRE…

Pour se frayer une place dans un domaine où les Gospel Singers avaient marqué les esprits, il fallait être très créatif. En personne avisée, qui écoute son intuition, Jean Paul Assingui, dans le civil, se trouve un nom d’artiste. «Pourquoi le nom d’artiste John Duchant ? C’est ma propre création. Ce nom signifie : John, qui est Jean en français, mon prénom, et Duchant qui est…la musique», avoue-t-il. Le nom en boîte, place à la scène. Vous vous rappelez certainement de «Nlem»… C’est le tube qui le met sous les projecteurs en 2010. Chanson dans laquelle, il fustige les dérèglements du coeur. Un organe capable de ressentir de bons et de mauvais sentiments. Dans ce titre, John Duchant prône sa maîtrise.

Les dérives sont souvent vite arrivées (meurtres, injustice, infidélité, vol, etc.) et leurs conséquences dévastatrices. «Le gospel, c’est toute ma vie. C’est ma manière à moi de louer le Seigneur (…) Mon inspiration vient de mon rang de pêcheur. Je m’abandonne entièrement à mon Dieu, pour qu’il fasse de moi une nouvelle créature. Quand on commet des péchés, il y a sûrement des séquelles et la seule personne qui peut effacer ces séquelles, c’est celui qui vous a créé. Dieu m’a créé, il m’a fabriqué. Si un pied se tord, si une main se tord, si un oeil se crève, Dieu seul est capable de le remplacer. Parce que je suis pécheur, c’est pour cela que je fais un retour à mon père qui est Dieu», soutient- il pour expliquer son succès actuel.

Son single «Me voici tout» affichait plus d’un millions de vues sur Youtube, au moment où nous mettions sous presse. Depuis 8 ans, il «passe sur le marché», pour reprendre une expression toute camerounaise renvoyant à la réussite. John Duchant est sollicité. Il est l’homme des grands milieux. IL a trouvé «le bon réseau». «Il chante devant des personnalités du pays», avoue, impressionné, un confrère artiste. Nyanga a souvent retrouvé le chanteur lors de la présentation des voeux à la Première Dame ou pendant la célébration de l’arbre de Noël à la Fondation Chantal Biya. Il porte beau. L’homme montre les signes extérieurs de prospérité. Il roule en voiture. Il est bien installé.

Il n’a pas à rougir en présentant son logis. «Le Gospel, ça donne», en fait. «Avec le gospel, j’ai reçu beaucoup de distinctions. J’ai reçu le prix du meilleur artiste musicien 2018 ce mois de septembre. A partir de l’album «Nlem», j’ai obtenu beaucoup de prix et je le dois à mes fans. En 2011 et 2012, j’ai reçu le prix du Meilleur artiste Gospel. En 2012, j’ai été récompensé du prix de la révélation musicale», précise-t-il...Lire la suite


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Roger Owona / Cover story
    Dec 14

    Investiture du Président de la République ce 6 novembre 2018

    Heureux qui, comme ces Kamers et tout leur très cher et beau pays, vivant des moments tout à fait exceptionnels. Ou quand l’Histoire s’écrit au présent. En i...

  • par Roger Owona / Cover story
    Dec 14

    Et revoici Paul Biya !!!

    Un signe ? Signe du Cosmos ? Dans tous les cas, elle n’a pas l’habitude de mentir. Elle ne saurait mentir. Non! Dame Nature, ne s’exprime guère sur ce registre-là. E...

  • par Roger Owona / Cover story
    Dec 14

    C’était beau, c’était…Nyanga

    L’Histoire, en effet, s’écrit au présent de l’indicatif, avec PAUL BIYA, de nouveau, U COVER STORY 18 Nyanga scellant le pacte de confiance avec le Berceau de n...


Besoin d'aide ? Contactez-nous