Dans le bon… réseau

Son nom, Assingui, en langue Bulu, renvoie au regret. Mais l’artiste n’en éprouve aucun au sujet de sa carrière professionnelle. Dieu, en qui il croit fermement en la puissance et en l’existence, lui a accordé même une bonne place. Un statut enviable qui fait de lui aujourd’hui, un porteur de lumière, un éveilleur des consciences.

Dans sa dernière livraison musicale «Me voici tout ! », sortie en décembre 2017, John Duchant reconnait sa «petitesse» devant ses merveilles. L’hymne au repentir qu’il élève en l’honneur de l’Être suprême est également action de grâce. Action de grâce pour un homme né d’une mère handicapée. «Je suis venu au monde un 18 août 1980 d’une mère sourde et muette du nom de Philomène Evina et originaire de la région du Sud, département du Dja et Lobo», précise-t-il. Son enfance est marquée par cette situation qui l’oblige à se séparer de sa génitrice. Comme il est de tradition dans les contrées Ekang, sa grandmère prendra le relai de son éducation.

En fervente croyante, elle lui transmettra le flambeau de la foi. «Depuis que je suis tout petit, ma grand-mère m’a immédiatement montré le chemin de l’Eglise. J’ai compris que Dieu m’a choisi pour véhiculer son message à travers la musique», confirme-t-il. Le gospel sera son genre d’expression. Avec un accent dansant, John Duchant muera en évangéliste. «J’ai commencé à chanter dans les chorales à l’instar de la chorale des «Chanteurs du Messie». Avec ce groupe, nous avons sorti des albums. Mais en 2010, j’ai débuté ma carrière solo»...Lire la suite


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Roger Owona / Cover story
    Dec 14

    Investiture du Président de la République ce 6 novembre 2018

    Heureux qui, comme ces Kamers et tout leur très cher et beau pays, vivant des moments tout à fait exceptionnels. Ou quand l’Histoire s’écrit au présent. En i...

  • par Roger Owona / Cover story
    Dec 14

    Et revoici Paul Biya !!!

    Un signe ? Signe du Cosmos ? Dans tous les cas, elle n’a pas l’habitude de mentir. Elle ne saurait mentir. Non! Dame Nature, ne s’exprime guère sur ce registre-là. E...

  • par Roger Owona / Cover story
    Dec 14

    C’était beau, c’était…Nyanga

    L’Histoire, en effet, s’écrit au présent de l’indicatif, avec PAUL BIYA, de nouveau, U COVER STORY 18 Nyanga scellant le pacte de confiance avec le Berceau de n...


Besoin d'aide ? Contactez-nous