Menu tout spécial, rien que pour vous

 A quoi s’attendait-il, le poète ? Depuis des siècles, son pathétique et lancinant appel n’y a rien fait. N’y fait rien. N’y change rien. D’ailleurs, probablement, n’est-ce pas demain la veille ni l’avantveille. Lui, qu’est-ce qu’il a à … « fabriquer », avec ce « Ô temps, suspends ton vol ! » ? Il fonctionne, comme il fonctionne. Il évolue, comme il évolue. Il avance, il avance. Encore et toujours.

 Contrairement… aux mototaxis du très cher et beau pays des Kamers, il ne connaît pas de « demi-tour ». Encore moins de marche-arrière à l’image de ces taximen et «clandomen» parfois prêts à tout, pour « récupérer » un seul client ! Quitte à mettre en danger, la vie de leurs passagers. Vaste programme que d’aborder la question du comportement des filles et des fils de notre cher et beau pays, sur la voie publique. Certains se comportant, comme si elle leur appartenait…

Bon ! Dans cette ultime édition de votre magazine, pas question de chercher la petite bête à quiconque. En revanche lui, il faut souligner son caractère essentiellement implacable. Implacable, insensible. Irréversible, froid. Pas d’états d’âme, de sa part. Les vôtres, les nôtres, ce n’est pas sa tasse de thé, ce n’est pas son problème. Du haut de sa superbe, il roule.

 Il poursuit son chemin. Sans jamais s’arrêter. La preuve, les jours, les semaines, les mois, et les années s’égrènent. Coulent. Passent. Et nous y voici déjà ! Déjà la fin 2018, annonçant l’année nouvelle. Ça, c’est aussi son oeuvre : l’oeuvre du … Temps. Le Temps qui, depuis la nuit des âges, sans discontinuer, poursuit sa course. Ce qui se matérialiste avec les fêtes de fin d’année, arrivant quasiment au galop. Ou presque. Une période pas tout à fait comme les autres. Avec une espèce d’effervescence balayant la société Kamer. Une société Kamer plurielle, avec plein de gens, ne boudant pas le plaisir de … « vivre ». Par là, entendez faire la fête. « Ambiancer ». S’éclater.

Les fêtes de fin d’année à ce sujet, c’est tout simplement génial ! Pour la circonstance, NYANGA ne fait nullement la fine bouche. Carrément, il est dans le coup, dans le bain. Il fleure par conséquent des parfums de saison. Menu tout spécial à cette occasion : c’est somptueux. Somptueux, savoureux. Concentré de saveurs et de senteurs, concocté, rien que pour vous. Un régal… NYANGA, pour des fêtes NYANGA ! D’ores et déjà, à vous toutes, à vous tous, excellentes fêtes.

Par Roger OWONA Rédacteur en Chef


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par / Dossier
    Apr 11

    In Sports: they play a frontline role

    What Cameroonian men can do, Came - roonian women, it has been proven over time, can do it even best, particularly in the domain of sports. Feats of Lionesses in major international competitions ar...

  • par / Dossier
    Apr 11

    Emploi: les femmes tutoient les cimes

    Ces dernières années, la femme est passée de la position de «consom matrice assistée», à la responsable d’une activité et d’un r&oc...

  • par / Dossier
    Apr 11

    Education: elles sont parmi les meilleurs

    Plusieurs femmes ont réussi là où les hommes ont donné le nez en terre. Tôt ou tard, la femme finit alors par être l’amie du monde. Quand Herbert L&eac...


Besoin d'aide ? Contactez-nous