Détenteur des pouvoirs ancestraux

Le sultan arrivera quarante minutes plus tard à bord d’un 4x4 bleu nuit. Le protocole s’active et maintient les populations à bonne distance pendant que le monarque prend place sur son trône, placé sur la véranda du palais. Il est imposant dans sa gandoura. Son look tranche avec ses costumes sur mesure d’autrefois. Il a beaucoup de prestance. Une brève conversation avec ses collaborateurs, puis, il engage la cérémonie d’accueil des nouveaux héritiers des familles. «Tant que le roi ne les a pas présentés, ils n’ont aucune légitimé.

Chaque parent avant de mourir laisse son testament au roi», souffle notre interlocuteur anonyme. Quand survient le tour du nouveau Nkom, le dispositif change. Il y a là les membres du grand conseil des «Nkom», présidé par Ngouhouo Ibrahim. Ce dernier nous indiquera qu’il existe un aspect mystique dans l’intronisation du “Nkom”. Le sultan achève en journée le travail initiatique commencé dans la nuit, à l’écart des regards indiscrets. A la foule immense rassemblée sur la cour du palais, il présente le nouveau «Nkom». Sous les youyous et des tirs de coups de feu.

Il enchainera d’autres présentations d’héritiers avant de se retirer. A 14h30, pendant que nous visitions certaines ailes du palais, le protocole nous annonce enfin. «Sa majesté vous reçoit dans quelques minutes», nous indiquet- on. Une émotion bizarre envahit le reporter de Nyanga. Tant, certaines interlocuteurs nous ont décrit le roi comme austère, réservé, pointilleux sur le vestimentaire, les attitudes. Aucune marge de manoeuvre pour une interview alors, comme prévu ? «Non. C’est juste une audience. Une quinzaine de minutes, pas plus.

Il y a près de 600 personnes qui attendent aussi d’être reçues. Le roi ne répondra pas aux questions», assène Nji Nchare, personne- ressource instruite par le sultan Ibrahim Mbombo Njoya pour nous guider. La déception s’empare de nous pendant que nous prenons place. Fait inédit, le roi nous recevra dans la salle dédiée aux Nkom. Ce qui embarrassera d’ailleurs notre accompagnateur Nji Nchare, qui ne comprend plus rien. A 14h45, Ibrahim Mbombo Njoya, dans sa stature imposante, fait son entrée. Devant nos mines crispées, nos attitudes trop sérieuses, il nous enjoint de nous asseoir.

Il détend immédiatement l’atmosphère par une pique humoristique, en nous exhortant à lui poser toutes les questions. Il est ouvert ! Alléluia ! Du coup, on se lâche et on se trouve face à un être simple et d’une extrême humilité. Nous démarrons un échange long d’une heure et trente minutes sur sa vie de monarque, ses joies, ses difficultés, ses réalités et ses perspectives. Un échange exclusif, riche, dont nous avons sélectionné pour vous, chers lecteurs, des séquences et des phrases-choc.

Lire aussi >> Tout n’est pas négatif dans la tradition


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par GAËL DE SOUZA / Dossier
    Jun 12

    Equation pénible à résoudre

    Il est des cas où la paternité est vêtue d’une incroyable complexité. Tenez Paul M. a 28 ans ; il y a peu, il a rencontré les parents de Priscille K. Le but ...

  • par ERIC NDIEN / Dossier
    Jun 12

    Sometimes good, sometimes bad

    In typical African context, a father goes beyond blood ties. With the evolution of time, the perception is fading out. Children, with the influence of some parents, see it differently nowadays. Cam...

  • par Carine ESSOSSO / Dossier
    Jun 12

    Mêmes devoirs

    Décrit comme celui qui assure, en lieu et place du père biologique, ses fonctions auprès de l'enfant, il pourrait s'agir du beau-père, de l'oncle, du cousin,...


Besoin d'aide ? Contactez-nous