PROJET DE VIE

Mais que cache cette transformation? Soflane aime son corps. Seulement, le désir d'enfanter va se faire pressant. Après plusieurs tentatives pour tomber enceinte, le verdict des médécins est clair: pour y arriver, il va faloir perdre du poids. Perdre 50 kg sur les 130, qu'elle a alors à cette époque. Pas une mince affaire! «Je n'ai jamais trompé personne. Je m'assumais, telle que j'étais. Mais à ce moment-là, je n'avais pas de souci de santé et, surtout, je n'avais pas le désir ardent de faire un enfant.

Je n'aurais pas pu supporter m'entendre dire que je n'ai pas pu y arriver, parce que je n'ai pas été rigoureuse avec moi-même.» Dans sa recherche effreinée de solutions, elle découvre la méthode de réequilibrage alimentaire dévéloppée par une jeune Camerounaise, vivant en France. «C'est sur facebook que je trouve cette méthode. J'ai des proches qui l'ont essayé avec succès. elle a aussi très bien fonctionné, sur celle qui en la promotrice ».

Coaching réalisé en ligne, le programme intègre un régime alimentaire suivi, mais aussi des conseils pour l'activité sportive. «C'était difficile. Si tu étais par exemple habitué à manger un plat de riz avec deux morceaux de poulets, il fallait passer à deux cuillères de riz et un morceau. Si avant, vous vous en foutiez des fruits, il fallait en manger plus que d'habitude. Ceci, en intégrant les légumes. Mais comme mon objectif c'était mon bébé, je ne pensais qu'à lui». En plus d'une alimentation controlée, elle va devoir se mettre activement au sport. Elle opte pour la marche et en effectue tous les jours "sans exception", sur 14km. 2 ans plus tard, le quota de poids à perdre est atteint, sous les regards admiratifs de certains et sous les cris d'autres personnes scandalisées. «Tout le monde n'est pas obligé d'être fine», a-t-on pu lire. Avec 50 kg de perdu, elle apparait pourtant plus rayonnante et coquette que jamais. Soflane aime son corps et ne le cache pas.

«J'avais non seulement un but à atteindre et j'ai eu la chance d'avoir le soutien de mes proches... Surtout celui de mon conjoint. Un homme incroyabale! J'étais bien dans ma tête», précise-t-elle. La bonne nouvelle ne se fera pas attendre longtemps par la suite. Nous sommes en 2017, lorsque Soflane apprend qu'elle est enceinte. Les efforts, les sacrifices et l'impassivité face aux regards et aux propos violents ont payé. «Aujourd'hui, je suis la maman d'un magnifique garçon», déclare-t-elle les yeux brillants. Agé de pratiquement 9 mois, Yoni Sena rempli de bohneur ses deux parents.

De quoi redonner la pêche à Soflane pour poursuivre ses projets. «De belles productions arrivent», confie-t-elle. Depuis, son accouchement, quelques kilos sont revenus. Mais elle assure vouloir retrouver sa silhouette d'il y a peu. «J'attends sevrer mon fils afin de reprendre mon rééquilibrage. J'ai pris 20 kg. Il faut que je les perde. Je dois rester en forme pour mon fils. Je commence à avoir des soucis de santé, donc je vais m'y tenir». Il faudra donc se faire à la nouvelle Soflane.


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par / Dossier
    Apr 11

    In Sports: they play a frontline role

    What Cameroonian men can do, Came - roonian women, it has been proven over time, can do it even best, particularly in the domain of sports. Feats of Lionesses in major international competitions ar...

  • par / Dossier
    Apr 11

    Emploi: les femmes tutoient les cimes

    Ces dernières années, la femme est passée de la position de «consom matrice assistée», à la responsable d’une activité et d’un r&oc...

  • par / Dossier
    Apr 11

    Education: elles sont parmi les meilleurs

    Plusieurs femmes ont réussi là où les hommes ont donné le nez en terre. Tôt ou tard, la femme finit alors par être l’amie du monde. Quand Herbert L&eac...


Besoin d'aide ? Contactez-nous